Préparer l'éléve à comprendre le monde

Date 19/02/2013 15:14:37 | Sujet : Editorial


par: Brahim LALIBI
Directeur Du Centre

Une question récurrente, comment enseigner la géographie ? et quelle géographie enseigner ?
Il y’a peu d’années encore, c’était le professeur qui était en charge de diffuser le savoir et aux élèves d’apprendre.
Aujourd’hui les sources de savoir se sont multipliées, intéressantes les unes que les autres, grâce à une multitude d’objets l’élève parcourt le monde, s’intéresse, prend des notes, actualise ses connaissances et surtout les données.
Si le monde a changé depuis, la géographie en tant que science n’a pas été du reste.

Enseigner la géographie aujourd’hui, c’est organiser son apprentissage dans l’enseignement, c’est faire des priorités sur les concepts et ordonner les objectifs, les démarches et les langages.
Cet enseignement doit se confondre avec l’essentiel qui n’est plus d’en savoir plus, mais d’avoir la capacité d’apprendre ce dont on aura besoin, tels que les apprentissages dits « utiles » : savoir lire une photographie, savoir construire un graphe, déchiffrer des images numériques sur le climat, utiliser un programme informatique, concevoir un plan et l’évaluer, conduire une enquête et l’exécuter, repérer un graphique dans une collection de documents.
Dans ce panorama d’actions l’élève doit être en mesure de distinguer la validité des données et de contrôler ses sources documentaires.
Une des taches majeures des enseignants est de formuler des objectifs opérationnels, ce qui implique de bien définir le résultat attendu chez les élèves. Cette démarche pédagogique exige encore de mettre en place des démarches réelles d’apprentissage, car les objectifs de l’enseignement de la géographie sont à la fois spécifiques à la discipline et communs à d’autres matières.
Le problème qui se pose et qui s’est posé depuis de longues années est de définir le savoir géographique qui doit être enseigné, de préciser les concepts fondamentaux et de rechercher leur meilleure organisation, car la géographie actuelle privilégie l’explication systématique, alors qu’autrefois, la démarche « naturaliste » recherchait les lois déterministes.
La mise en activité intellectuelle des enfants, déterminante dans l’acte d’apprendre, est donc, une préoccupation permanente de l’enseignant, qui doit proposer aux enfants des situations motivantes.
C’est en vivant et en pratiquant la géographie que l’enfant prend goût à la lecture de l’espace et à l’analyse de l’environnement. Cette fascination est accentuée par les moyens informatiques modernes, les images virtuelles et les projections imaginaires ….qui suscitent ce contraste propre à la géographie, l’intérêt de l’enfant par le « dépaysement ».
Enfin c’est la construction progressive de ces notions, l’enrichissement du vocabulaire, l’acquisition des repères, « l’analyse du visible et de l’invisible », le refus de l’accumulation encyclopédique, le développement d’aptitudes de mémorisation, l’élaboration et la hiérarchisation des connaissances, qui accompagnent l’élève et qui le prépareront à s’adapter, un jour, pour comprendre le monde de demain.

Le Directeur
Lalibi Brahim




Cet article provient de Centre National de Documentation Pédagogique
http://fre.cndp-dz.org

L'adresse de cet article est :
http://fre.cndp-dz.org/article.php?storyid=20