Menu Principal
Consulter nos Numéros Online (Arabe)
Dernier Numéro
Recherche
Publicité
La Revue l'Educateur

Dernier numero: choisir une rubrique 

Editorial : Préparer l'éléve à comprendre le monde

Open in new window
par: Brahim LALIBI
Directeur Du Centre

Une question récurrente, comment enseigner la géographie ? et quelle géographie enseigner ?
Il y’a peu d’années encore, c’était le professeur qui était en charge de diffuser le savoir et aux élèves d’apprendre.
Aujourd’hui les sources de savoir se sont multipliées, intéressantes les unes que les autres, grâce à une multitude d’objets l’élève parcourt le monde, s’intéresse, prend des notes, actualise ses connaissances et surtout les données.
Si le monde a changé depuis, la géographie en tant que science n’a pas été du reste.

Lire la suite...

Dossier : L’UNION GEOGRAPHIQUE INTERNATIONALE

La commission pour l'enseignement géographique de l'Union Géographique Internationale pense que la décennie 2005-2014 dédiée par les Nations Unies à l'enseignement pour un développement durable est l'occasion pour elle de confirmer qu'elle s'engage dans l'enseignement pour le développement durable. Les changements contemporains au niveau global interpellent 1 'humanité en ce vingt et unième siècle. Nous y répondons avec cette « Déclaration sur l'enseignement géographique du développement durable ». La déclaration est une extension de la Charte Internationale de l'Enseignement Géographique (1992) qui se concentre sur :
A. La contribution de la géographie à l'enseignement pour le développement durable
B. Les critères pour le développement d'un programme géographique d'enseignement pour le développement durable
C. L'importance des technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement pour le développement durable

Lire la suite...

Dossier : Repères pour une éducation citoyenne au développement durable

Par Gérard Hugonie
Le développement durable n’est pas un concept scientifique fondé sur des éléments précis et objectivables et les enseignants ont été parfois amenés à improviser à partir de sources scientifiques, associatives et médiatiques hétérogènes, divergentes, voire contradictoires. L’auteur propose quelques repères pour promouvoir une éducation authentique à un développement durable considéré dans toutes ses dimensions : écologique, économique, sociale, culturelle.

La géographie, avec d’autres disciplines scolaires, est invitée à participer à l’éducation au développement durable, un champ de réflexion et d’action nouveau, qui a émergé il y a une vingtaine d’années, mais domine aujourd’hui les discours politiques, techniques et médiatiques. Des enseignants motivés ont vu dans ce champ nouveau la possibilité d’ouvrir leur discipline sur des enjeux cruciaux pour les sociétés. Dans l’urgence, ils ont fondé leurs projets sur un savoir de référence constitué par eux-mêmes, à partir de sources scientifiques, associatives et médiatiques hétérogènes, divergentes, voire contradictoires. Cette dynamique, originale en France, est très intéressante, mais elle soutient des projets souvent très partiels, qui n’ont parfois que de lointains rapports avec la compréhension des enjeux globaux du développement durable, compréhension nécessaire pour une éducation authentique à une gestion raisonnée des ressources de la planète par les sociétés.

Lire la suite...

Dossier : Apprendre la géographie sur le terrain

Mais ne pouvons- nous pas nous demander si, par exemple la géographie, peut vraiment s’apprendre sans qu’on aille régulièrement « sur le terrain ». Un témoignage bien en phase finalement avec les espoirs soulève lors du colloque sur les lycées, espoirs de produire à l’école d’autres types de rapport aux savoirs.


Mon goût pour la géographie s’est considérablement renforcé lors des« excusions de géographie »organisées par l’institut de géographie de. J’y prenais un grand plaisir à retrouver, dans la réalité, ce que j’apprenais en théorie à observer un paysage , à déceler les informations que celui-ci cochait, à rencontrer des acteurs de la vie économique et sociale, J’ai souhaité partager ce plaisir avec mes élèves de lycée. Ce texte présente le bilan d’une quinzaine de stages de géographie d’une semaine réalisés avec des classes entières.

Lire la suite...

Dossier : L'étude de cas, une démarche nouvelle en géographie

Jean-François Joly

Proposé en 2000 par le Groupe technique disciplinaire de géographie, l'étude de cas a constitué une rupture dans la conception des programmes de 2de par une approche thématique et des notions transversales qui ont permis d'appréhender les savoirs de cette discipline aux différentes échelles du local et du global.


L'introduction de l'étude de cas en géographie fut motivée par l'examen critique de ce qu'était le cours de géographie de 2de : des pratiques pédagogiques largement dominées par le cours général magistral illustré par quelques exemples, donnant de la géographie l'image d'une matière rébarbative, réduite à des savoirs à apprendre. D'un point de vue épistémologique, cette géographie scolaire n'intégrait pas l'évolution de la géographie universitaire devenue science humaine à part entière, s'appuyant sur des concepts clés intégrés dans une approche systémique. Désormais, le programme est constitué de sept thèmes (en fait six sont à traiter, les littoraux et les montagnes étant au choix) qui doivent être abordés à partir d'études de cas.

Lire la suite...

Dossier : Géographicité et enseignement de la géographie

Jean-François Thémines
Juillet 2006
Agrégé d’histoire-géographie, Docteur en géographie
Professeur des Universités en géographie (23°section CNU)
Chercheur attaché à ESO-Caen , UMR ESO (Espaces géographiques et Sociétés) 6590 CNRS


Deux acceptions sont reconnues à la notion de géographicité (Robic, 2005). La première
correspond à ce qui est considéré comme géographique dans l’activité des géographes à un
moment donné de l’histoire de leur discipline. La seconde, qui est notre référence, correspond
à une interrogation sur l’origine et la nature de la connaissance géographique, en ce qu’elle a
d’universel, lié à la condition de tout être humain confronté à un monde dans lequel il apprend
à vivre en société. Le géographe postule alors que la connaissance géographique est
universelle avant que d’être spécifiée, codifiée dans des contextes sociaux, parmi lesquels
figure le contexte scientifique. En ce sens, la géographie est « la relation des sociétés
humaines avec la Terre […] leur action sur la Terre […] Toute action humaine vise à donner
un sens à la Terre. Nous y incorporons de la valeur, nous y incorporons de la pensée. Les
hommes ne peuvent pas se passer de constructions d’espaces » (Pinchemel, 1992, p.49).

Lire la suite...

Dossier : Des jeux de rôles en géographie

Yannick Mével
Le problème avec l’ECJS c’est que ce qui fait question n’est pas discutable et que ce qui est discutable ne fait pas question ou comment et sur quoi peut-on débattre quand on est tous d’accord ? De l’importance du conflit, même artificiel, dans le débat. Un témoignage passionné.
C’était un exercice de géographie en seconde, sur un thème du programme : « le phénomène touristique et ses implications sur l’aménagement et l’occupation du territoire ». Je posais la question : faut-il construire un village de vacances de type Club-Med à Assinié en Côte-d’Ivoire ?

Lire la suite...

Lu pour Vous : En histoire-géographie

Thierry Couet
Lycée Raymond Naves, 31500 Toulouse
L’article qui suit n’a surtout pas la prétention de faire le point sur les nouvelles technologies et l’histoire-géographie. On n’y trouvera pas une liste de possibilités techniques ou d’exemples de réalisation mais seulement quelques réflexions très subjectives d’un enseignant témoignant de son expérience en la matière.
Prenons d’abord le cas d’un établissement où le professeur dispose d’un seul ordinateur dont il peut projeter l’écran aux élèves (sur écran télévision ou à l’aide d’une tablette de rétroprojection, peu importe). A première vue, il n’y a guère de différence par rapport à une projection fixe classique (diapositive ou rétroprojection) : l’élève est soit consommateur passif de l’écran s’il s’agit d’une projection illustrant un discours magistral, soit acteur volontaire (ou non) d’un commentaire oral ou écrit fixé par le professeur. Seule la nouveauté du matériel peut, pour un court moment, susciter plus d’intérêt qu’un projecteur de diapositives que, pourtant, l’on préférera à l’ordinateur pour la qualité des images. Attention, l’intérêt de l’ordinateur dans ce cadre n’est pas nul : il y a des documents qui ne sont pas disponibles sur d’autres supports que l’informatique (les cédéroms pour ne prendre qu’un exemple).

Lire la suite...

Autres Liens
Sondage
L’apport des commissions des parents d’élèves contribue-t-il efficacement à l’évolution des conditions de travail des élèves et des enseignants ? A votre avis leur action est-elle :
Satisfaisante
Moyenne
Inexistante